top of page

đŸȘ 📖 Chocolatine ou pain au chocolat ?


Hello hello tout l'monde. Nos voici aujourd'hui pour clore un débat sur notre fameuse Chocolatine, que beaucoup de français hors du Sud-Ouest voudraient supprimer car le terme ne leur convient pas. Malheureusement, nous pensons que la chocolatine reste et restera une culture locale et gastronomique bien de chez nous, dont nous défendons coûte que coûte la valeur. Et si en réalité, l'origine était en vrai la Chocolatine ? Nous avons trouvé sur le net des sources (Couteaux & Tire bouchons) qui expliquent bien cette histoire de notre chocolatine et qui en donnent les preuves. La chocolatine vaincra !

Votez pour la Chocolatine en suivant le lien juste en dessous :

Pourquoi l’hypothĂšse « Chocolate-in » est fausse

Une hypothĂšse circule sur le net, disant que le mot chocolatine viendrait de l’Anglais « chocolate in ». Ça viendrait de l’époque ou l’Aquitaine Ă©tait anglaise, et oĂč les anglais demandaient du « chocolat dans du pain » (chocolate in bread), qui serait devenu chocolatine dans le Sud-Ouest. Ok, l’hypothĂšse est marrante
 Mais aussi complĂštement fausse.

En effet, l’Aquitaine a bien Ă©tĂ© ‘possession’ anglaise pendant une pĂ©riode (en gros, du mariage d’AliĂ©nor d’Aquitaine avec le roi d’Angleterre jusqu’à la Bataille de Castillon en 1453 ou ils sont « boutĂ©s hors de France »). Mais Ă  cette Ă©poque on ne connait pas les pĂątisseries-viennoiseries en France. Et surtout, on ne connait absolument pas le chocolat ! Le chocolat est une fĂšve issue d’un arbre amĂ©ricain, inconnu en France Ă  l’époque. Il est dĂ©couvert en mĂȘme temps que l’AmĂ©rique (« officiellement » en 1492 par Christophe Colomb je vous le rappelle pour ceux dont les souvenirs scolaires sont flous), et n’est ramenĂ© en Europe qu’en 1528 dans les bateaux d’Hernan Cortes.

Donc Ă  moins que les Anglais ait eu le pouvoir de voyager dans le temps, il est impossible qu’ils aient pu parler de « chocolate in bread » lorsque la rĂ©gion Ă©tait Ă  eux. VoilĂ  !

Pour connaĂźtre le vrai nom de ce produit, tentons un instant de remonter Ă  son origine. Le pain au chocolat est une viennoiserie. Pour ceux qui ne le savent pas, ce terme a commencĂ© Ă  ĂȘtre utilisĂ© au XIXĂšme siĂšcle en France pour dĂ©signer des pĂątisseries d’inspiration viennoise. En effet, Ă  cette pĂ©riode les Ă©changes culturels entre l’Autriche et la France sont plutĂŽt forts : le Royaume de France et l’Empire Autrichien sont deux des principales puissances europĂ©ennes, qui plus est liĂ©es par alliance (Marie-Antoinette d’Autriche Ă©tait Reine de France Ă  peine quelques dĂ©cennies plus tĂŽt). La premiĂšre « Boulangerie Viennoise » est installĂ©e en France dans les annĂ©es 1830 au 92 rue Richelieu (dans l’actuel deuxiĂšme arrondissement, prĂšs de la Bourse), et est dirigĂ©e par un autrichien : Auguste Zang. C’est lui qui va vĂ©ritablement apporter Ă  Paris la mode des viennoiseries, comme l’atteste l’historien culinaire Jim Chevalier, dans son livre « August Zang and the French Croissant : How Viennoiserie Came to France ».

Ces pĂątisseries viennoises sont Ă  l’époque faites avec de la pĂąte Ă  brioche, et on retrouve parmi elles le fameux croissant autrichien (Kipferl, qui deviendra notre croissant), le pain empereur (Kaisersemmel) et mĂȘme un croissant fourrĂ© au chocolat (Schokoladencroissant).

Vous allez dire que ça ne nous avance pas beaucoup sur le nom du pain au chocolat pas vrai ? Eh bien si ! L’hypothĂšse la plus probable de l’origine du nom « chocolatine » viendrait justement de cet autrichien. L’entendant vendre des « Schokoladencroissant » avec son accent autrichien, les français auraient progressivement transformĂ© le mot en « Chocolatine » (Schokoladen – Chocolatine, vous voyez ?). Pour les boulangers autrichiens, le « pain au chocolat » Ă©voque tout autre chose, c’est le Schokoladebrot, qui ressemble plus Ă  un cake au chocolat.

Il est donc probable que le premier terme pour dĂ©signer une viennoiserie fourrĂ©e au chocolat ait Ă©tĂ© « Chocolatine », Ă  cause de cette dĂ©formation linguistique. Et c’est d’ailleurs plutĂŽt logique puisque la particularitĂ© de cette viennoiserie est surtout d’ĂȘtre au chocolat (elle a d’ailleurs vite perdu sa forme de croissant). Quand au terme « pain au chocolat » il serait plus rĂ©cent. D’aprĂšs Nicolas Berger, auteur d’une encyclopĂ©die du chocolat (Chocolat, mots et gestes) publiĂ© aux Ă©ditions Alain Ducasse, le mot pain au chocolat dĂ©signait Ă  l’origine un morceau de pain dans lequel on fourrait un bout de chocolat pour le goĂ»ter des Ă©coliers. Lorsque les viennoiseries ont Ă©tĂ© reprises et rĂ©interprĂ©tĂ©e par les pĂątissiers français au dĂ©but du XXĂšme siĂšcle, en utilisant notamment de la pĂąte levĂ©e feuilletĂ©e, certains auraient repris ce terme. Progressivement, l’utilisation du mot d’origine « chocolatine » n’a Ă©tĂ© conservĂ©e que dans le Sud-Ouest, probablement Ă  cause de sa proximitĂ© avec des mots occitans.

Mais l’original Ă©tait bien chocolatine !

 

Recette par Chef Damien

Ingrédients (4 personnes)

500g de farine

220g de beurre pommade

Barrettes de chocolat

40g de sucre semoule

1 Ɠuf pour la dorure

28 cl de lait tiĂšde

10g de levure boulangĂšre fraĂźche ou sĂšche

2 c Ă  c de sel fin

Matériel

Robot pĂątissier

Film alimentaire

Fouet

Pinceau

Plaque de cuisson pour four

Rouleau Ă  pĂątisserie

Préparation

Étape 1 :

PrĂ©paration de la pĂąte feuilletĂ©e levĂ©e : Dans le bol de votre robot, dĂ©posez la farine, le sucre, le sel, la levure et le lait. PĂ©trissez doucement, avec le crochet. DĂ©s que la pĂąte commence Ă  former une boule, arrĂȘtez de pĂ©trir et terminer Ă  la main, pour former une boule.

Filmez la pùte et placez-la au frigo toute la nuit (ou au minimum 2h pour les personnes pressées).

Étape 2 :

Une fois la pùte reposée, farinez le plan de travail et étalez la pùte avec un rouleau à pùtisserie.

Une fois votre pĂąte Ă©talĂ©e, placez le beurre de mĂȘme consistance que le pĂąton au centre de celle-ci.

Étape 3 :

Repliez la pĂąte en portefeuille sur les 4 cĂŽtĂ©s, en faisant attention que le beurre reste bien au centre. Il doit ĂȘtre emprisonnĂ© dans la pĂąte. Une fois repliĂ©e, la pĂąte doit former un rectangle.

Étape 4 :

Aplatissez dans la longueur pour que le beurre s'intĂšgre Ă  la pĂąte. Puis repliez une nouvelle fois la pĂąte en portefeuille. Puis filmez la pĂąte et placez-la au frigo une quinzaine de minutes au minimum.

Étape 5 :

Farinez de nouveau le plan de travail, et Ă©talez la pĂąte une nouvelle fois dans sa longueur. Repliez de nouveau en portefeuille (en trois). Filmez de nouveau et placez au frigo au minimum 20 minutes.

Étape 6 :

Farinez de nouveau le plan de travail, et Ă©talez la pĂąte une nouvelle fois dans sa longueur. Pliez de nouveau en trois, en portefeuille et applatissez avec le rouleau pour souder les couches. Filmez de nouveau et placez au frigo au minimum 1h.

Étape 7 :

Une fois reposée, étalez la pùte sur 3 à 4 mm d'épaisseur. Coupez des bandes de pùte de la taille des barrettes en chocolat (dans la longueur). Ensuite, placez 2 barettes de chocolat à chaque extrémité de la pùte et roulez la pùte comme un roulé.

Étape 8 :

Placez les pains au chocolat sur une plaque de four, filmez-les et laissez-les pousser (gonfler), dans la partie la plus chaude de la maison.

Étape 9 :

Pendant ce temps, préchauffez votre four à 180°C.

Étape 10 :

Une fois que les pains au chocolat ont doublé de volume, dorez-les avec un oeuf entier battu.

Étape 11 :

Enfournez-les pour 15 à 20 minutes de cuisson. Il faut qu'ils soient bien dorés.


1 529 vues0 commentaire
Nos groupes Facebook Explorations : devenez membres

Charente Périgord Explorations

& Région Nouvelle-Aquitaine

+ de 6 800 membres

348552911_553432096953168_1535282471266677986_n.jpeg

Epernon Explorations :

Centre-Val de Loire et Île de France

+ de 6 000 membres

348464161_226884550207879_2213322233173740996_n.jpeg
bottom of page